La 14ème Université

 

Patricia ADAM

Présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées, députée du Finistère

"Préparer la guerre, conduire les opérations, gagner la paix".

Le thème choisi pour cette 14ème édition des Universités d’été de la défense ne surprendra personne. C’est une approche globale qui commande l’action des forces armées dans la résolution des crises. Celles-ci sont aujourd’hui plus nombreuses, plus complexes, sous l’effet d’une dégradation générale de la situation sécuritaire aux frontières de l’Union européenne, au Proche et au Moyen-Orient, et dans la bande sahélo-saharienne.

La guerre, dont on a dit trop souvent qu’elle était un phénomène du passé, est perçue comme une réalité nouvelle pour beaucoup de citoyens français et européens. Le défi est donc immense. Il invite l’ensemble des acteurs de la communauté de défense à examiner de plus près ce que recouvre la dimension globale des conflits d’aujourd’hui, et de leur résolution.

C’est ce à quoi le président Jean-Pierre Raffarin et moi-même avons voulu nous employer cette année. L’Ecole polytechnique et l’Ecole militaire nous ont paru être le cadre idéal pour mener cet exercice avec vous.

Jean-Pierre RAFFARIN

Ancien Premier Ministre

Président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, sénateur de la Vienne

Le choix de Paris pour la 14e édition des Universités d’été de la défense, après les attaques terroristes des 7 janvier et 13 novembre 2015, est profondément symbolique.

Nos Universités seront placées, cette année, sous le signe de l’approche globale : "Préparer la guerre, Conduire les opérations, Gagner la paix".

Approche globale : d’une part, entre opérations extérieures et intérieures, désormais en « miroir » de part et d’autre des frontières nationales, conséquence logique et naturelle de la militarisation de la menace terroriste qui puise ses racines au dehors pour venir nous frapper au cœur.

Approche globale : d’autre part, entre action militaire, diplomatique, et prévention des crises par le biais de l’aide au développement, tant il est vrai que préparer et gagner la guerre ne suffisent pas sans solution politique et stabilisation dans le long terme.

Bien entendu, une attention particulière sera accordée non seulement à la lutte antiterroriste au Sahel, mais aussi à la situation stratégique en Méditerranée, marquée par le chaos libyen et le drame des migrants. Les revues stratégiques menées au Royaume‑Uni, en Allemagne, et sous l’égide de l’Union européenne, éclaireront la préparation du prochain livre blanc français : face à la virulence de la menace, une remontée en puissance des moyens de la défense s’impose désormais à tous.

J’espère que les échanges libres et directs qui font, depuis leur création, l’originalité de ces Universités, permettront d’apporter des réponses utiles à la réflexion de tous.

À bientôt à Paris !

 

Général Pierre de VILLIERS

Chef d'Etat-major des Armées

Cette nouvelle édition des universités d’été de la défense prend sa place dans un contexte singulier, avec, d’une part le terrorisme qui s’impose comme la menace principale, et d’autre part les démonstrations de puissance, par des Etats aux capacités mondiales ou régionales, qui se multiplient.

Dans ce contexte, le thème choisi, pour cette 14ème édition, est « l’approche globale ».

Les armées mettent en effet en œuvre la force légitime pour faire reculer la violence, mais une stratégie basée sur les seuls effets militaires ne pourra jamais agir sur les racines de la violence lorsque celles-ci s’ancrent dans le manque d’espoir, d’éducation, de justice, de développement, de gouvernance, de considération. L’action militaire n’est qu’une partie de la réponse aux crises ; elle est opérante, mais pas suffisante. Gagner la guerre ne suffit pas à gagner la paix et on ne détruit pas une idéologie uniquement avec des bombes. C’est en cela que l’approche globale est une notion essentielle pour la résolution des crises.

Merci à l’Ecole Polytechnique, qui forge les esprits et les âmes d’une brillante jeunesse, de nous accueillir. Les réflexions croisées entre parlementaires, universitaires, industriels et militaires qui y prendront place, ont pour vocation de contribuer au dynamisme de l’esprit de défense et, in fine, au succès des armes de la France.